visuel-isabelle
visuel-isabelle
south

Isabelle

Isabelle est handicapée. On dit d’elle « qu’elle a 7 ans d’âge mental ». Isabelle arrive à écrire sans presque aucune faute d’orthographe, pose des questions simples, s’intéresse à la musique, sait lire mais n’arrive pas à terminer un livre, décroche assez vite dans les films aux intrigues complexes, aime Les chiffres et les lettres qu’elle regarde chaque soir alors qu’elle n’arrive à faire aucun calcul ni à trouver un seul mot.
Isabelle vient d’une famille bourgeoise lyonnaise, aisée mais pas richissime. Son père est chirurgien à l’hôpital public, professeur d’anatomie à la Faculté de médecine. Il joue très bien du piano, il aurait pu prétendre à une carrière professionnelle. Sa mère ne travaille pas. Elle élève ses 4 garçons et sa fille. N’est visiblement pas heureuse. Elle vient, elle, d’une très riche famille d’industriels qui depuis la crise de 1929 perd son énorme fortune. Elle aussi aurait pu prétendre à une carrière de musicienne : elle joue très bien du violon.
La religion et la musique sont des éléments qui unissent Isabelle à ses parents. Elle adore donc le pape et plus encore Mozart, dont elle connait la vie par coeur. La visite de sa demeure à Salzbourg est restée comme le plus beau souvenir de sa vie. Elle grandit à La Teppe, un centre pour handicapés au nord de Valence, tenu par des bonnes soeurs. Elle y est pensionnaire et rentre chez ses parents chaque week-end et à chaque vacances.
Elle a donc deux vies très distinctes : celle à La Teppe, avec ses amis, ses amours, sa violence extrême (crises, bagarres, suicides…) et sa culture populaire (Mireille Mathieu, Adamo, Thierry Le Luron…) et celle à Arcisse, petit village du Dauphiné où se trouve la maison de campagne de ses parents avec la musique classique, la poésie, les discussions politiques, les promenades en forêt et surtout la famille, son père, sa mère adorée et ses 4 frères chéris.
Elle mène une vie entre Proust et l’hôpital psychiatrique en somme. Une vie à l’étroit.

Distribution

Texte, musique et mise en scène
Joachim Latarjet 

Collaboration artistique
Alexandra Fleischer 

Avec 
Eleni Apostolopoulou, Alexandra Fleischer, Françoise Gazio, Joachim Latarjet, Emmanuel Matte, Christophe Paou.

Lumières
Léandre Garcia Lamolla 

Son
François Vatin 

Costumes
Nathalie Saulnier 

 

Production : Compagnie Oh ! Oui Coproductions : Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - CDN, le Théâtre de Brétigny, Scène conventionnée d'intérêt national arts et humanités.

Prochainement

  • Sartrouville - Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - CDN
    9 et 10 mars 2022
Voir toutes les dates east